fbpx

Pourquoi s’assurer contre les risques climatiques ?

Découvrez l’intégralité de l’interview d’Alexandra Robin – Viticultrice

Alteas a mené son enquête auprès des vignerons de la région pour comprendre leurs besoins et vous accompagner au mieux. Voici le retour d’expérience des Vignobles Robin à Saint-Emilion.

1- Pouvez-vous me présenter votre entreprise ? Votre rôle ? Votre équipe ?
Quatre châteaux forment les Vignobles Robin : le Château de Laussac, le Château Rol Valentin, le Clos Vieux Taillefer et le Château Gontet. Associées, leurs superficies totalisent 56 hectares sur les appellations de Saint-Emilion, Pomerol, Castillon Côtes de Bordeaux, Puisseguin Saint-Emilion et Montagne Saint-Emilion. Les Vignobles Robin sont inscrits au Guide Michelin et nous produisons du vin dans le respect d’une culture raisonnée. Mon époux, Nicolas, est responsable technique et je suis responsable commerciale, mais nous sommes tous deux viticulteurs, passionnés par le vin et issus de familles également férues de viticulture. Il est important pour nous que nos neuf salariés travaillent, certes efficacement, mais dans une atmosphère positive et de bien-être. Nous pouvons également compter sur les conseils avisés de Michel Rolland et Stéphane Derenoncourt, œnologues reconnus. Et nous sommes en marche tous ensemble vers 2022, prochaine année de classement des vins de Saint-Emilion pour que le Château Rol Valentin puisse intégrer la liste des Grands Crus Classés !

2-Au sein de vos propriétés, quels dommages peuvent vous toucher au quotidien ? Pouvez-vous, de plus, nous parler de votre assurance multi-risques ?
Selon moi, tous les viticulteurs souscrivent à l’assurance muti-risques. Cela s’apparente au fait que chaque propriétaire assure naturellement son habitation, ce n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. Par exemple, si une personne vient détériorer la porte du chai, il peut dégrader nos cuves en les ouvrant ou voler nos bouteilles ! Nous appelons cela une perte sèche, nous n’en sommes pas à l’abri !

3- Le gel, la grêle sont des fléaux évoqués chaque année par les médias, un gros risque pour votre profession… Que faire pour vous protéger ?
À l’évidence, nous subissons les intempéries chaque année et nous sommes assurés depuis très longtemps, mais encore peu de viticulteurs souscrivent à une assurance multi-récolte. C’est un choix appartenant à chaque vigneron et qui va dépendre de ses besoins. Pour nous, il était très important d’assurer une perte d’exploitation. Si nous subissons une période de grêle ou de gel, cela signifie « perte de raisins », donc pas de récolte ni de vin. Nous avons des charges à assumer, cela nous paraît être une évidence de reconduire chaque année notre assurance multi-récolte.
Et nous renouvelons notre confiance en Altéas tous les 1ers janvier depuis 2014 !

4- Vous aviez évoqué précédemment la construction de votre chai, votre ambition de faire du Château Rol Valentin un Grand Cru Classé en 2022, quelles sont les autres nouvelles dont vous pouvez nous faire part ?
Effectivement ! Depuis fin 2018, nous avons débuté la construction du chai, les travaux avancent plus amplement depuis le début de cette année 2019. Le projet devient plus réaliste !

Et puis, en janvier dernier, la nouvelle est toute « fraîche », nous avons racheté une exploitation de 25 hectares sur l’appellation Montagne, ce qui nous amène aujourd’hui à gérer 81 hectares. Et naturellement, nous nous sommes adressés à Altéas pour nos besoins en assurances sur cette nouvelle acquisition.

Alteas, le courtier en assurances qui conseille et accompagne les entreprises et les personnes.
Pour assurer cette mission le groupe s’entoure d’une équipe d’experts, qui analyse vos risques et définit vos besoins, négocie vos tarifs et garanties, vous représente lors des sinistres et contrôle l’ensemble des pièces contractuelles.