fbpx

Alteas – Une hausse probable des assurances multirisque habitation et automobile en 2018

La hausse pourrait être de 3 à 4% en auto et de 2 à 3 % en MRH selon le comparateur Meilleurassurance.com

Depuis la loi Hamon, un assuré peut facilement résilier son contrat d’assurance pour changer d’assureur. Cette loi a mis en place de nouvelles règles qui facilitent la procédure de résiliation d’un contrat d’assurance afin de permettre à l’assuré de mieux faire jouer la concurrence en vue de faire baisser les prix du marché. 

L’article de l’Argus de l’Assurance nous informe sur ce rattrapage de tarifs des assurances à venir dès 2018. Ils devraient notamment toucher les contrats d’assurance multirisque habitation et automobile.

La Maif a été la première à communiquer sur le sujet, dans le magazine adressé à ses sociétaires « Maif Social Club ». « Après plusieurs années de maintien de nos tarifs – gels de nos tarifs auto pendant quatre ans, hausse contenue sur l’habitation, maintien sur nos autres contrats – le conseil d’administration a pris la décision de réévaluer au plus juste certaines cotisations 2018 : + 2 % en moyenne en auto (Vam, hors effet bonus-malus), + 1,2 % en moyenne en habitation (Raqvam), et 1 % en moyenne pour notre assurance corporelle (Praxis). »

DES RÉSULTATS TECHNIQUES SOUS PRESSION

Et d’autres devraient suivre. Selon le comparateur Meilleurassurance.com, les hausses pourraient être de 3 à 4% en auto et de 2 à 3 % en habitation. Une tendance confirmée début septembre par le cabinet Facts&Figures, qui prévoit de son côté des hausses de 2 à 3% en auto et de 1 à 2% en multirisque en moyenne.

En auto, « la croissance du volume des primes (14,1 % entre 2009 et 2015) a tout juste permis aux assureurs de restaurer leur rentabilité technique. Ils n’ont plus de gras ! Pour absorber la hausse des sous-jacents (augmentation de la sinistralité, du corporel et du coût des pièces détachées), ils devront augmenter les tarifs », explique ainsi Cyrille Chartier-Kastler. « Il convient de prendre en compte l’augmentation du coût des réparations : qu’il s’agisse du prix des pièces détachées en auto ou de l’indice de la Fédération française du bâtiment en matière d’habitation, ces charges sont à la hausse. De même que la courbe des vols, en auto comme en habitation. Enfin, le nombre des accidents corporels sur la route est malheureusement en hausse, et les indemnisations des victimes d’accidents croissent en conséquence », détaille la Maif.

Lire l’article d’Aurélie Abadie en intégralité sur www.argusdelassurance.com.